Nicolas Sarkozy, un homme d'État exceptionnel avec un bilan exceptionnel

Publié le 30 Novembre 2016

Nicolas Sarkozy, un homme d'État exceptionnel Dès le début de son mandat, Nicolas Sarkozy a fait la preuve de son caractère de réformateur : dès le mois d’août 2007, il a fait entrer nos universités dans le XXIe siècle en leur accordant l’autonomie, attendue depuis 30 ans et fait voter le service minimum dans les transports, pour que les usagers qui travaillent ne soient plus les otages des grèves.
 
Rapidement, Nicolas Sarkozy a dû faire face à l’éclatement d’une crise économique et financière mondiale d’une ampleur sans précédent. Née aux Etats-Unis avec les subprimes, elle s’est ensuite propagée à l’Europe. Le monde s’est rendu compte qu’un Etat pouvait être menacé de faillite, que les acquis sociaux, le montant des salaires et des retraites pouvaient être remis en cause en un instant, que des manifestations violentes pouvaient avoir lieu chez nos plus proches voisins. En Grèce, le SMIC a été réduit de 22%. Au Portugal, 7 jours de congés ont été supprimés. En Espagne, le budget des ministères (éducation, affaires sociales) a été amputé de 17%.
 
Dans la crise, la France, elle, a tenu. Elle est restée forte et solidaire. Elle a résisté à la pression que les marchés financiers voulaient lui imposer. Le chômage et la dette ont augmenté moins vite que chez la plupart de nos partenaires. Notre système de solidarité, l’un des plus généreux au monde, n’a pas éclaté . En dépit de la crise, la solidarité a été préservée. L’Allocation Adulte Handicapé et le minimum vieillesse ont été augmentés de 25%. 25 000 places d’hébergement d’urgence supplémentaires ont été ouvertes, et les aides aux plus démunis ont été renforcées. Les allocations familiales ont été revalorisées de 1,5 milliard d’euros depuis 2008 et notre politique familiale, que le monde nous envie, a été sauvegardée.
 
Si la France a tenu, c’est avant tout grâce aux efforts de tous les Français. Certes tout n’a pas été parfait, tout n’a pas réussi. Pour de nombreux compatriotes, en particulier ceux qu’une crise dont ils n’étaient pas responsables a privés d’emploi, la vie s’est durcie.
 
Mais, face à une crise d’une ampleur inégalée, nous avons résisté. Grâce au plan de sauvetage des banques, qui n’a pas été lancé pour sauver les banquiers ni les actionnaires, mais pour préserver votre épargne, aucun Français n’a perdu ses économies. Dans notre pays, les salaires, les retraites, les prestations sociales n’ont pas baissé. Il n’y a pas eu de violence. Il n’y a pas eu de manifestant tué, pas de banque brûlée, pas de magasin saccagé. Nos agriculteurs et nos entreprises ont été soutenus. La France a préservé son indépendance.
 
Si la France a tenu, c’est aussi parce que des réformes courageuses ont été menées par Nicolas Sarkozy, au moment où il fallait. La réforme des retraites a été impopulaire. Nul n’est ravi de devoir travailler deux ans supplémentaires. Mais il fallait la faire pour préserver notre système de retraites par répartition, hérité de l’après-guerre, et mis en danger par l’évolution démographique et la crise.La réforme des retraites a permis de garantir que vos retraites seront payées et continueront d’augmenter, sans hausse des cotisations . En Espagne, les retraites viennent d’être gelées. Au Portugal, les retraites supérieures à 1 500 euros ont été baissées.
 
Si la France a tenu, c’est aussi grâce à l’action menée par Nicolas Sarkozy à l’international. C’est grâce à son énergie et à son volontarisme que le G20 s’est réuni pour la première fois en 2008, à Washington, pour apporter une réponse mondiale à la crise, réguler la finance, lutter contre les paradis fiscaux. C’est également grâce à lui et à la force du couple franco-allemand que la zone euro n’a pas éclaté et que l’Europe se remet, trop lentement mais sûrement, de la crise.
 
Dans le monde, l’action de Nicolas Sarkozy a confirmé le statut de grande puissance de la France. En Géorgie, en Libye, en Côte d’Ivoire, au Proche-Orient ou en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a démontré que la voix de notre pays était écoutée , que la France pouvait jouer un rôle majeur au service de la paix, de la sécurité, de la stabilité du monde, en défendant ses valeurs universelles. L’honneur de notre patrie, celle des droits de l’homme, a été respecté.
 
Nicolas Sarkozy a toujours refusé de sacrifier à l’urgence du présent notre ambition pour l’avenir. Pour que nous sortions plus forts de la crise, il a par exemple mobilisé 35 milliards d’euros avec le programme des investissements d’avenir , qui finance les grands projets innovants qui créeront la croissance et les emplois de pointe de demain.
 
Nicolas Sarkozy est resté fidèle aux valeurs d’ouverture et de tolérance qui font la France. Le nombre d’étudiants étrangers dans nos universités n’a cessé d’augmenter , et nous avons accueilli chaque année 10 000 demandeurs d’asile. Dans le même temps,il a défendu notre souveraineté en luttant fermement contre l’immigration clandestine, car la France a le droit de décider de qui a le droit de s’installer sur son territoire, et de faire respecter ses lois.
 
Nicolas Sarkozy a garanti la sécurité des Français. Il a renforcé les moyens et l’autorité de la justice. Il a été intransigeant face à la délinquance, qui a baissé de 16,5% depuis 2002, alors qu’elle avait explosé de +17,7% entre 1997 et 2002, sous le gouvernement de Lionel Jospin.
 
Contrairement à ce que François Hollande peut affirmer, le bilan de Nicolas Sarkozy n’est pas lourd. Il est massif. Nicolas Sarkozy a dû faire face à une crise que personne n’avait prévue. Avec le courage d’agir et la ténacité dans l’action qui le caractérisent, il a, dans le même temps, continué de réformer et moderniser la France pour que, demain, lorsque nous sortirons de la crise, la France soit plus forte. Le bilan de Nicolas Sarkozy, c’est aussi le vôtre, Français, qui avez accepté le mouvement, qui avez compris la nécessité de moderniser notre pays, de mener les réformes nécessaires pour préserver notre mode de vie et notre modèle social, de faire les investissements nécessaires pour préparer l’avenir.
 
Toute reproduction, totale ou partielle, strictement interdite sans la mention de la source d’origine.

Rédigé par CHRISTIAN MAILLOT

Publié dans #Nicolas Sarkozy, #Bilan

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article