Bayrou soutient Juppé: la continuité dans la médiocrité

Publié le 22 Octobre 2016

Nicolas Sarkozy, notre président a entièrement raison. Quand on s'est planté comme Bayrou le benêt qui avait appelé à voter Cré-teint 1 en 2012, appelle aujourd'hui à voter pour son successeur papy 2, ça s'appelle la continuité dans la médiocrité !

Avec les calamiteux résultats que l'on connaît, le mieux serait qu'il se taise !


Médiocre il l'est pour avoir soutenu le pire président de la cinquième république. Opportuniste il l'est en soutenant Juppé dont le programme antisocial ne vaut pas plus que les idées généralistes de Macron !

Bayrou espère bien se faire nommer ministre car il est à la recherche d'un portefeuille ministériel, sachant fort bien que Nicolas Sarkozy ne s'entourera pas d'indécis et de médiocres. Seul Juppé est capable de le lui proposer car Juppé n'a pas du tout le dynamisme et la solidité de Nicolas Sarkozy !

Bayrou est un raté. Il représente qui et quoi ? Combien d'électeurs sur son seul nom ?
Ce Monsieur est invité dans tous les médias, répand ses conseils, ses critiques, de son rythme haché ; mais a quel titre ? De quel droit ? Sommes-nous obligés de supporter cet individu qui à chaque élection présidentielle vote à gauche ?


Orgueil, jalousie, trahison sont les trois mots qui lui vont bien

Dans l'espoir de gagner un poste Bayrou fait alliance avec Juppé, qui lui fait alliance avec tous les faibles, tous les anciens qui ne peuvent accepter que Nicolas Sarkozy puissent redresser le pays. Aussi quand Bayrou parle de la conscience et de l'idée qu'il se fait du pays, c'est tout simplement qu'il met ses ambitions dans le camp de celui qu'il croit voir gagner.

Bayrou est comme Juppé, ce sont des revenants qui veulent encore être après avoir été. Le pire ministre de l’Éducation nationale que nous avons jamais eu, encore un qui devrait rester dans sa mairie et se taire à tout jamais.

Il appelle à voter pour un repris de justice mais se garde bien de renoncer à se présenter : il n'a droit à son heure de gloire que tout les 5 ans, il faut le comprendre. Lagarde a la possibilité de se présenter et il ne va pas s'en priver lui non plus. Ils savent tous les 2 qu'ils feront 4% à eux deux mais rien ne les fera fusionner ils ont trop envie de ce moment.
Quant à Lagarde, après avoir esquissé un rapprochement avec Macron, il va "visiblement à la soupe". Qu'il prenne gare à ce qu'elle ne soit pas amère. Vive la combinaison des traites.
On se croirait de retour à la 4° République.

J'espère que les électeurs de la droite et du centre loyal sanctionneront lourdement cette attitude.

Rédigé par D'arville Frederic

Publié dans #Primaire, #Présidentielle

Repost 0
Commenter cet article