Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Publié le 2 Mars 2017

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Monsieur le Président,

 

Lors d'une récente réunion locale de préparation aux élections présidentielles, j'ai pu mesurer l'impact négatif que faisaient peser les multiples affaires d'emplois fictifs sur la candidature de François Fillon. J’ai beaucoup de respect pour cet homme que j'ai apprécié lorsqu'il était votre premier ministre, même si ses critiques à votre égard m’avaient franchement déçu à l'époque.
A l'issue des primaires, lorsque les Français ont désigné François Fillon comme candidat de la Droite, j'ai eu le pressentiment qu'il ne serait pas de taille pour se retrouver en première ligne et qu'il peinerait à affronter les adversités. Malheureusement, l'actualité me donne raison et me pousse à vous écrire avec l'espoir insensé de vous convaincre.

Passionné de randonnée, il m'arrive souvent d'être agressé par des chiens à l'approche d'un hameau. Habituellement je passe en ignorant leurs aboiements, répétant en boucle ce proverbe plein de bon sens, les chiens aboient et la caravane passe. Déçus de mon indifférence ils se calment rapidement et retournent à leurs affaires !

Dernièrement, je me promenais avec ma compagne lorsqu'à proximité d'une ferme plusieurs chiens sont venus à notre rencontre en aboyant. Insensible à leur air menaçant j'ai poursuivi mon chemin, sans me rendre compte que ma compagne ne me suivait plus. Prise de panique elle s'apprêtait à rebrousser chemin, j'eus alors la réaction stupide de m'interposer pour repousser les animaux à grands coups de bâtons. Bien mal m'en pris, car cela énerva davantage les molosses qui devinrent comme enragés m'effrayant à mon tour et m’obligeant à battre en retraite. Nous décidâmes d'un commun accord de poursuivre notre balade par un autre itinéraire ! Il faut savoir faire preuve d'humilité en cherchant un autre chemin quand les situations s'enveniment.

François Fillon a excité les médias en voulant les faire taire et à présent on assiste à une véritable curée. Les journalistes veulent sa peau et rien ne pourra les arrêter. Je suis persuadé qu'actuellement vous seul avez l’envergure pour conduire les français dans la bonne direction avec ce proverbe d’actualité en guise de slogan de campagne :
« Les chiens aboient, et la Droite passe. »

Soyez assuré, Monsieur le Président, que je ne crois pas en l'immaculé candidat, mais je garde confiance en votre capacité à diriger notre beau pays de France.

Th VITTEAU

Rédigé par LA REDACTION

Publié dans #Actualité

Repost 0
Commenter cet article

Méquignon 02/03/2017 17:52

Président. Tout au moins vous pourriez aider un Baroin, qui serait rassembleur, comme vous.votre très dévoué.

nerrand 02/03/2017 17:52

oui Nicolas Sarkozy serait aussi le meilleur à mes yeux , mais hélas il faut s'en prendre à nous maintenant , on lui en a trop fait, pas tous le monde bien sur, car je suis certain qu'il s''ait fait des amis parmi nous tous qui reconnaisse ses qualités. Mais des ignobles indésirables l'ont surement écoeuré , il est parti vers de nouveaux horizons qui sauront l'apprécier bien mieux que tous ces vauriens de France ,.
je suis dégouté moi aussi ,mais je n'aimerai pas que l'on lui demande une nouvelle fois de revenir pour l'humilier une fois de plus . C'est à nous de faire le ménage et surement d'aider Fillon à la présidentielle pour ce ménage et redresser la France puis écarter tous ces voyous que la politique de Hollande à fait naître sur notre sol et virer ceux qui n'ont pas vocation à rester sur notre sol, pour notre France à nous