NON À JUPPÉ ! N'AYONS PAS LA MÉMOIRE COURTE !

Publié le 6 Novembre 2016

NOUS DISONS NON À JUPPÉ ... VOILÀ SON BILAN ...N'AYONS PAS LA MÉMOIRE COURTE ..JUPPÉ NE SERA PAS LE RECOURS DE LA DROITE

Jeunesse : Alain Juppé a voté pour Alain Krivine lors de l'élection présidentielle de 1969.
Premier Ministre 1995-1997 : mesures contre la famille par le blocage et l'imposition des allocations familiales, l'augmentation des cotisations maladie pour les retraités et les chômeurs.

Sa politique fiscale : la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) est décidée tandis qu'une contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) est créée.
Il augmente la pression fiscale de façon considérable pour les classes moyennes. Alors que tout le monde, même la gauche modérée, est d'accord pour supprimer l' ISF ( ou le rendre moins confiscatoire ) il l'augmentation de 10 % et supprime son plafonnement. Cette modification a notamment pour conséquence absurde que certains foyers fiscaux paient un impôt supérieur à leur revenu.

Sa politique économique a considérablement appauvri le pays :
Il a bradé tous les fleurons des grandes entreprises françaises par des privatisations qui ont cassé notre indépendance économique : les groupes métallurgiques Pechiney et Usinor-Sacilor en 1995, la Banque française du commerce extérieur (BFCE, vendue de gré à gré au Crédit national pour donner naissance à Natexis), la Compagnie générale maritime , les Assurances générales de France (AGF, avec la mise en bourse de 51 % du capital, l'État ne conservant que 2 %) et la Compagnie française de navigation rhénane (CFNR, vendue de gré à gré à l'Association technique de l'importation charbonnière ATIC) en 1996, et enfin la société d'informatique professionnelle Bull en 1997.

De plus, en 1996, JUPPÉ souhaite vendre au groupe Daewoo l’entreprise publique Thomson Multimédia, officiellement « très endettée », contre un franc symbolique après sa recapitalisation par l’État, à hauteur de 11 milliards de francs !!! Il est complaisant avec l’électorat communautaire : Alain Juppé, maire de Bordeaux, a accordé à l’Association des musulmans de Gironde (AMG), un terrain de 8 500 m² pour y construire une mosquée au prix d’ 1 euro symbolique.

Ses positions mondialistes :
A. Juppé a fait partie des chauds partisans de l'entrée de la Turquie dans l' Union Européenne.
Il fait partie, avec Édouard Balladur ou Jacques Toubon, de ceux qui conseillent à Jacques Chirac de soutenir le « oui » au référendum sur la ratification du traité de Maastricht le 27 août 1992, le poussant à se mettre en porte-à-faux avec une majorité de membres de son propre parti qui, derrière Charles Pasqua et Philippe Séguin, font activement campagne pour le « non ». Il a toujours été favorable à un renforcement des pouvoirs de BRUXELLES au détriment de l’Etat Français. Sa politique pro-immigration et anti souverainiste en font le plus ardent défenseur du mondialisme.

Son « sens politique » est déplorable : président du RPR de 1994 à 1997, sa constante et inflexible hostilité au Front National n’a fait qu’affaiblir la droite jusqu’à la piteuse défaite de celle-ci aux élections législatives de 1997. Par la suite, il est l’instigateur de l’UMP qui n’est qu’une machine à perdre toutes les élections, même internes …

L’homme n’est pas franchement d’une probité exemplaire :
L'affaire de l'appartement de son fils en 1995 va révéler qu’il a signé un document de la Ville de Paris (du temps où il était adjoint de CHIRAC alors Maire de Paris) donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils, logé dans un appartement relevant des propriétés de la ville de Paris, rue Jacob. Il y fait réaliser des travaux pour plusieurs millions de francs aux frais des contribuables.

En 1999, Alain Juppé est mis en examen pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt ».
Plus grave, quand on a un ami comme Alain JUPPÉ on n’a pas besoin d’ennemi : lorsqu’il était président du RPR, c’est lui qui a laissé tomber Jacques Médecin, ancien Maire de Nice, accusé injustement d’insultes antisémites, radié du RPR sans même que celui-ci ait pu s’expliquer.
 

Enfin : Lorsque M. Alain Juppé était premier Ministre en 1996 celui-ci a fait interrompre les négociations engagées pour la libération des moines de Tibhirine, otages des islamistes algériens du GIA, ce qui a fait dire à Jean-Charles Marchiani, l’ancien préfet et officier du SDECE : "M. Alain Juppé est moralement responsable de l'assassinat des moines de Tibhirine en 1996" –
- Lorsque M. Alain Juppé était ministre des affaires étrangères, en 2011, celui-ci a effectué une visite au Caire pour assurer l'Egypte du soutien de la France aux Frères musulmans pour réussir la transition après la chute de Hosni Moubarak. Il a rencontré les Frères musulmans laissant de côté les Chrétiens d’orient. En ignorant les Coptes, on sait ce qu’il advint plus tard de ces chrétiens délaissés même par la France du temps de ce triste personnage.

C’est cet homme-là qui serait le recours de la droite ?

 

Merci à  la page Facebook : Nicolas président - officiel

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Primaire

Repost 0
Commenter cet article

Anon 09/11/2016 22:00

Tout est dit ! Votez Sarko !!!