Monsieur Juppé, le pleureur

Publié le 27 Novembre 2016

Ainsi vous vous plaignez du fait que l'on vous ait maltraité sur les réseaux sociaux que vous utilisez pourtant avec délectation. Vous pleurez sur votre sort. Vous fustigez les internautes qui voient en vous Ali Juppé. Vous vous dites victime des sarkozystes qui ont rejeté votre alliance avec Bayrou, Le socialo-centriste. Si vous perdez, ce sera donc la faute de l'autre!

Mais, vous M. Juppé, ne vous êtes-vous pas trompé de cible électorale? Vous avez cherché l'électorat du centre et de la gauche en oubliant le cœur de l'électorat de droite. Vous avez pointé N. SARKOZY comme adversaire unique.  Vous avez oublié Fillon, sur votre droite avec lequel vous aviez pactisé contre notre champion. Fillon s'en est donné à cœur joie en se faisant passer pour celui qui lave plus blanc que blanc. Mais au passage, il a rappelé finement aux francais que vous aviez été condamné par la justice, tout en insinuant que N. SARKOZY avait affaire à la justice.

M. Juppé, vous avez flirté avec Machiavel. Vous avez, comme F. Fillon, le félon, le taiseux, laissé N. SARKOZY, le généreux, nettoyer les écuries d'Augias, c'est à dire, remettre le parti en ordre de marche, quand Copé et Fillon s'étripaient, honteusement, toute honte bue. Vous les héritiers indignes, avez surfé sur le torrent de boue déversé par Hollande, à l'encontre de N. SARKOZY.

M. Juppé, Vous êtes resté bien sagement caché quand Fillon a probablement pactisé avec le diable (Hollande), pressé d'actionner diligemment le Bras de la justice pour enfoncer l'ancien président. M. Juppé vous avez naïvement découvert, à 71 ans que Brutus pouvait recouvrer les traits d'un ami de 30 ans. 

Raté, M. Juppé ! 

Rédigé par Jean-Pierre Maxime

Publié dans #Primaire

Repost 0
Commenter cet article