Primaire Les Républicains : pourquoi Nicolas Sarkozy revient dans la course face à Alain Juppé

Publié le 4 Juillet 2016

Primaire Les Républicains : pourquoi Nicolas Sarkozy revient dans la course face à Alain Juppé

L'écart se réduit de plus en plus entre le favori de la primaire de la droite, Alain Juppé, et son principal rival, Nicolas Sarkozy.

C'est le premier marathon à gagner pour pouvoir briguer l'Élysée. La primaire des Républicains est la prochaine échéance cruciale à droite avant l'élection présidentielle de 2017. Le résultat le sera tout autant pour les personnalités engagées dans la course que pour le parti, qui espère mobiliser plusieurs millions d'électeurs pour légitimer son futur candidat.

Pour l'heure, ils sont 12 à se positionner sur la ligne de départ. Nicolas Sarkozy, qui vient de faire adopter le projet du parti pour 2017 au grand dam de ses adversaires internes, allongera sans doute l'impressionnante liste de participants à la fin du mois d'août. L'ancien chef de l'État, à qui l'on reprochait d'avoir raté son retour en politique après son échec de 2012, semble retrouver des couleurs face à Alain Juppé. Pour la première fois, plusieurs sondages consécutifs montrent que l'écart avec le maire de Bordeaux se réduit : en un mois, Alain Juppé perd 5 points quand Nicolas Sarkozy en gagne 4.

Nicolas Sarkozy porté par le Brexit et les manifestations contre la loi Travail

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a donc été actée par référendum le 23 juin dernier. Un événement qui remet en cause l'Europe telle qu'elle existe aujourd'hui et plonge les institutions dans une crise sans précédent. Gérer les crises, Nicolas Sarkozy connaît ça par cœur. Le président des Républicains, en vrai chef de parti, a dégainé sa proposition de nouveau traité européen pour refonder l'Europe dès le lendemain du verdict des urnes britanniques et fait de la question un thème majeur de la campagne des primaires.

Dans le même genre, Nicolas Sarkozy a réagi quasiment après chaque manifestation contre la loi Travail qui a connu des débordements. "Cela lui permet de taper sur "l'ennemi" originel de son propre camp, la CGT de Philippe Martinez, pour mobiliser ses soutiens tout en s'affichant comme le champion du respect de l'ordre", explique France TV Info.

Éric Woerth et Laurent Wauquiez, deux alliés de Nicolas Sarkozy pour présider LR

Le président du Conseil national des Républicains, Luc Chatel, a commencé à dessiner le futur du parti après le départ de Nicolas Sarkozy de la présidence. Éric Woerth et Laurent Wauquiez, respectivement secrétaire général en charge du projet pour 2017 et vice-président, tiendraient la corde pour succéder à l'ancien chef de l'État.

Invité d'i>Télé dimanche 3 juillet, Luc Chatel a expliqué sa volonté : "Les statuts des Républicains ont prévu cette situation. Nous avons traité du cas où l’un des membres de la direction, l'un des trois principaux responsables du parti, était candidat à la primaire - le président, soit le secrétaire général soit le vice-président délégué. Et dans ce cas, les deux autres ont vocation à diriger le mouvement. Voilà, ce sont les statuts."

Une situation qui joue en faveur de Nicolas Sarkozy. Éric Woerth et Laurent Wauquiez sont des inconditionnels de l'ancien locataire de l'Élysée. Quant à Luc Chatel, il vient officiellement de choisir le camp de Nicolas Sarkozy pour la primaire.

Une liste de soutiens qui s'allonge

À un an de la présidentielle, les alliances commencent à se créer chez Les Républicains. Nicolas Sarkozy peut se targuer d'avoir derrière lui de nombreux cadres du parti qu'il préside depuis 2014. Éric Ciotti est le dernier en date à s'être prononcé en faveur de l'ancien chef de l'État, au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI le 3 juillet. S'il ne l'a pas confirmé, le député et président des Alpes-Maritimes pourrait même hériter de la fonction de ministre de l'Intérieur en cas de victoire de Nicolas Sarkozy...

Éric Ciotti n'est pas le seul à avoir reçu une telle promesse. En effet, selon une information de RTL, Nicolas Sarkozy aurait garanti le poste de premier ministre à François Baroin. Tous vantent le bilan de Nicolas Sarkozy à la tête des Républicains. Sur RTL, Éric Ciotti a fait le parallèle entre la situation actuelle du parti et celle que Nicolas Sarkozy avait trouvé après la guerre fratricide entre Jean-François Copé et François Fillon.

http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-les-republicains-pourquoi-nicolas-sarkozy-revient-dans-la-course-face-a-alain-juppe-7783959673

Rédigé par Miau Jeanne

Publié dans #Primaire, #Les Républicains

Repost 0
Commenter cet article