Nicolas Sarkozy: « Il n’y a qu’une seule communauté, la communauté nationale »

Publié le 10 Juillet 2016

Nicolas Sarkozy: « Il n’y a qu’une seule communauté, la communauté nationale »

Nicolas Sarkozy a participé à la fête champêtre des Républicains du Bas-Rhin, hier midi à Brumath.

« Je veux être le candidat d’un parti qui va réconcilier les Français avec la politique. » petite phrase savamment lâchée devant plus d’un millier de personnes. Malgré les attentes de ses partisans, Nicolas Sarkozy n’a pas annoncé officiellement sa candidature à la primaire de la droite, à l’occasion de sa participation à la fête champêtre des Républicains du Bas-Rhin, hier midi à Brumath.

Son discours à commencer par un bilan de ses actions après 18 mois à la présidence de la formation. Fustigeant ses prédécesseurs « qui ne savaient pas se tenir » et ont donné « un spectacle lamentable » faisant « honte » aux militants, il estime avoir redressé son mouvement, résorbé sa dette et refait de lui « le premier parti d’opposition » avec 265 000 adhérents. « Si je suis revenu, c’est parce que plus personne n’était capable d’assumer la direction », martèle-t-il avant d’emprunter une citation à Jacques Chirac : « Un chef, c’est fait pour “cheffer” ! »

Nicolas Sarkozy a développé des thématiques laissant entrevoir une ébauche de programme pour l’élection présidentielle 2017. Parmi elles, certaines se placent dans la lignée de sa campagne 2012. « Il y en a plus qu’assez de la tyrannie des minorités. Il y en a assez du communautarisme. Il n’y a qu’une seule communauté, la communauté nationale. Nous ne voulons pas changer de langue, de coutumes, de traditions » , scande-t-il tout en prônant paradoxalement « une France grande ouverte et généreuse ».

Autre idée. voire promesse: la suppression des taxes sur les héritages, comme il l’a indiqué auprès des participants de la fête des Républicains mais aussi d’une dizaine d’agriculteurs rencontrés, une heure auparavant, dans une ferme à Kriegsheim. À ces derniers, Nicolas Sarkozy a par ailleurs indiqué qu’il voulait instaurer « un plan massif de baisse des charges en juillet 2017 » , mais aussi favoriser la régulation des prix agricoles et diminuer les normes qui contraignent les exploitations.

La ferveur à son arrivée à Brumath tend à démontrer sa popularité auprès des militants Républicains bas-rhinois.

lalsace.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Les Républicains

Repost 0
Commenter cet article