LE COMPLOT SOCIALO-MÉDIATIQUE CONTRE NICOLAS SARKOZY

Publié le 20 Juillet 2016

LE COMPLOT SOCIALO-MÉDIATIQUE CONTRE NICOLAS SARKOZY

LE COMPLOT SOCIALO-MÉDIATIQUE CONTRE LA DROITE ET NICOLAS SARKOZY ! 74% DES JOURNALISTES VOTENT POUR HOLLANDE.

Il est très probable que la grande majorité des journalistes vote à gauche. Toutes les dernières consultations le montrent clairement. Il semble bien que les cursus de formation sont imprégnés de l'idéologie de gauche.

La formation des futurs journalistes est donc partisane et idéologisée comme dans l'école républicaine ?

En 2016, Cent cinq journalistes ont répondu à l’intégralité d'une enquête, publiée dans le dernier numéro de Médias. Ses résultats sont éloquents. Les journalistes ayant pris part à la consultation déclarent un vote beaucoup plus marqué à gauche que le corps électoral français (74% pour Hollande).
La sensibilité politique des étudiants de Sciences Po se situe assez nettement dans le camp de la gauche. Ce positionnement s’accompagne d’un répertoire de valeurs privilégiant l’universalité, le libéralisme culturel, ainsi que la tolérance et l’ouverture aux autres.

En France, les grands journalistes sont souvent issus des mêmes écoles que beaucoup de responsables gouvernementaux, comme sciences po. Cela peut expliquer la connivence intellectuelle entre la gauche et l'univers journalistique. Cette connivence intellectuelle favorise la diffusion d’un credo qu’on ne peut discuter sans risquer l’excommunication.

Nous comprenons mieux maintenant les silences complices durant toutes ces années. La chape de plomb a longtemps empêché la divulgation d'informations sur la situation très alarmante dans les banlieues et le communautarisme grandissant :"pas d'amalgame " nous disait-on en cœur. La preuve nous est ainsi donnée que les sachants méprisent la minorité bavarde.
Quel dommage ! Marc Bloch disait pourtant : "notre peuple mérite qu'on se fie à lui et qu'on le mette dans la confidence".
Les perroquets de l'information ne méritent donc pas leur diplôme de démocrates.
Même si Les valeurs défendues par l’intelligentsia exercent un ascendant sur toute la communauté,
la planète démocratie s'est déformée sous l'influence d'une gravitation complotiste, socialo-médiatique.
L'aristocratie médiatique si prompte à parler de déontologie s'est-elle laissée soudoyée par les chimères de la grandeur d'âme et du pathos ?

La droite s’est malheureusement soumise de peur d’être rejetée dans le camp du mal.
Nicolas Sarkozy était bien un des rares à alerter le peuple, de façon responsable et déterminée, malgré les quolibets.
Le divorce entre le peuple et les journalistes est acté.
La trahison est mise à nu. Leur devoir d'information a été dévoyé. Les français n'oublieront pas de sitôt.

Henri Béraud résume bien cette colère par cette phrase : " le journalisme est un métier où l'on passe la moitié de sa vie à parler de ce qu'on ne connaît pas et l'autre moitié à taire ce que l'on sait".

VIVE NICOLAS SARKOZY !

Rédigé par Jean-Pierre Maxime

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article