Nicolas Sarkozy c'est 931 réformes ! Qui a fait mieux ?

Publié le 2 Juin 2016

Nicolas Sarkozy c'est 931 réformes ! Qui a fait mieux ?

Pour introduire cette courte réflexion sur l’œuvre considérable accomplie par le Président Sarkozy, il ne serait pas déplacé de mettre en avant deux évidences flagrantes et singulières: les difficultés conjointes rencontrées tant par Nicolas Sarkozy que par …l’Etat d’Israël pour maîtriser les techniques de communication et savoir promouvoir réformes, progrès et améliorations présentement distillées avec une telle insignifiance, qu’elles semblent vaines, voire inexistantes.

Et cependant, une telle perspective est loin d’être le cas. L’œuvre est immense. Elle impose d’être exposée en laissant le lecteur tirer les conclusions. Cette étude se limite volontairement à des faits empruntés à l’excellente étude publiée dans ces mêmes colonnes par Jean Marichez (http://www.terredisrael.com/infos/?p=47198).
Bien entendu, la liste est loin d’être exhaustive, mais la teneur de ses éléments est d’une telle tonicité, d’un tel poids, qu’elle suffira à renforcer la conviction de celles et ceux qui renouvelleront leur confiance à Nicolas Sarkozy et aidera à balayer les derniers doutes de ceux qui s’interrogeaient encore….
Regardons de plus près.
Le Président Sarkozy a accompli :

DOMAINE JUDICIAIRE
- La possibilité offerte à tout citoyen de saisir le conseil constitutionnel.
- Il a procédé à des changements constitutionnels : Le Président ne disposera que d’un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Le Président verra ses pouvoirs réduits à l’avantage du Parlement.
- Les députés disposent du droit de fixer un tiers de l’ordre du jour de l’Assemblée.
- Les deux chambres se réuniront à Versailles, une fois par an pour entendre le Président de la République.
- Possibilité de saisine du Conseil supérieur de la magistrature pour tout écart ou abus de l’autorité judiciaire.
- Mise en place de la réforme des collectivités territoriales et réduction du nombre des élus.

- Redéfinition des cartes judiciaires.
- Policiers et gendarmes dépendent d’une seule autorité.
- Crimes et délits s’élucident à hauteur de 50%. 17% de réduction de la délinquance, 40% des homicides, 28% des atteintes aux biens, 40% de la délinquance de proximité.
- Le budget de la Justice est augmenté de 20% avec 1300 postes supplémentaires.
- Les prisons se voient dotées de 9400 places supplémentaires.
- Création de « peines planchers » de rétention de sûreté et de traitements préventifs pour empêcher les récidives.
- Plus grande maîtrise de l’immigration avec 32000 reconduite aux frontières de clandestins, naturalisations en chute de 30% .
- Depuis 2007, 300 000 contrats d’intégration signés

REFORME DES RETRAITES
Mesure impopulaire sur laquelle un consensus était établi mais que personne avant Nicolas Sarkozy n’avait osé affronter. A cette occasion, il a rétabli le fonctionnement des institutions démocratiques en ne cédant pas à la pression de la rue.

PAIX SOCIALE, APAISEMENT SOCIAL, INQUIETUDE BANCAIRE
- Création du « service minimum » lors de grèves dans le secteur public.
- Le président Sarkozy a refusé de taxer nos transactions bancaires, pratique usitée en Allemagne.
- Il a garanti les crédits des banques, décision essentielle qui a enrayé trouble et panique pour les épargnants.
- Réunion des ASSEDIC et de L’ANPE ;
- Changement des règles de la grande distribution et instauration d’une nouvelle autorité renforcée de la concurrence.
- Augmentation de 4% du pouvoir d’achat des Français durant le quinquennat.
- Diminution de un million du nombre de personnes qui gagnent moins de 15 000 euros par an.
- Revalorisation de 25% sur 5 ans de l’allocation adulte handicapé

MESURES FISCALES
- Suppression de la taxe professionnelle.
- Triplement du crédit d’impôt (qui soutient la recherche) et occasionne afflux de capitaux privés vers l’enseignement.
- Refus d’augmenter l’impôt.
- Délais de paiement raccourcis pour les entreprises.
- Aide aux PME par les contribuables qui veulent alléger leur ISF.
- Aide aux associations d’utilité publique, par les contribuables qui veulent alléger leurs impôts.
- Lutte contre la spéculation, l’excès de pouvoir des paradis fiscaux.
- Les difficultés à ce sujet viennent de l’obstacle à conclure des accords internationaux.
- Etablissement audacieux de la taxe TOBIN pour atténuer l’incohérence des transactions financières.

- Le président Sarkozy se voit reprocher d’augmenter le déficit public mais une mesure de sauvetage s’imposait, suite à l’affaire des subprimes.
- On lui a reproché des mesures fiscales favorables aux Français fortunés. Il n’est, cependant, pas difficile de comprendre que c’était le seul moyen d’empêcher l’argent et ceux qui le possèdent de quitter le pays. Alors qu’on lui reproche de favoriser le capital et de ne pas le taxer autant que le travail, il a fortement augmenté les taxes sur le capital afin de les mettre à peu près au même niveau (34,6%)
Ces taxes étaient de 10% de moins sous Lionel Jospin. Idem pour l’impôt sur la fortune qu’il a maintenu globalement mais en sortant seulement les propriétaires de logements dont les valeurs sont conjoncturellement trop élevées du fait de la crise du logement. La baisse de recettes a été totalement compensée par l’augmentation de la fiscalité sur la transmission du capital.
- La transmission du capital est taxée plutôt que le capital lui-même.

Il a décidé de soumettre à l’examen de la Cour des Comptes les finances de l’Elysée.

EMPLOI
- Le président Sarkozy privilégie la « relance de l’économie » par l’investissement et non par la politique de la « main tendue » qui apaise en surface mais aggrave en réalité.
- Aide à un secteur vital de l’économie : l’industrie automobile.
- Réduction de 160 000 fonctionnaires : mesure efficace pour l’emploi.
- Création de 2,5 millions d’entreprises accompagnées de mesures incitatives.
- L’emploi devient flexible par les ruptures contractuelles réhabilitées.

- Les demandeurs d’emploi ne peuvent plus refuser plus de deux offres sans perdre indemnités et avantages.
- L’apprentissage est développé en lieu et place de la poursuite d’études inutiles.
- Mesures essentielles pour favoriser l’agriculture, permettant de surmonter la crise : installation de de 7000 jeunes par an, maintien de la PAC.
- Allègement des charges sur l’heure de travail agricole qui de 12,81 euros passe à 9,43 payée par une taxe sur les sodas de 0,02 euros par boisson (canette)
- Amélioration des recettes agricoles par la création d’un minimum avec extension pour le conjoint.

LOGEMENT
- La loi Scellier , prêt à taux zéro, encourage la construction.
- Durant le quinquennat, création de 2 millions de logements dont 600 000 logements sociaux.
- Modification de l’indexation qui permet la modération des loyers.
- Création du droit au logement opposable : 34974 ménages ont pu, après recours, disposer ainsi d’un logement.
- Augmentation du budget de logement des sans abri de 30%.

POLITIQUE ETRANGERE
- Un faux pas : l’entrée de la Palestine à L’UNESCO.
- Signes d’amitié manifestes à l’Etat d’Israël.
- Efficacité dans le conflit géorgien
- initiatives militaires heureuses en Côte d’Ivoire et intervention militaire déterminante en Lybie.
- Création du G20. Cette instance atténuera l’égoïsme de chaque nation fortunée.
- Traité de Lisbone, heureuse démarche pour gérer la crise européenne après les referendums négatifs de France et des Pays Bas.

EDUCATION/JEUNESSE
- Annoncés en Mars 2010, onze établissements de réinsertion scolaire fonctionnent désormais (150 élèves de 13 à 16 ans ont rejoint ces structures. 9 autres sont prévus en 2011.
- Forte augmentation des bourses et des logements pour étudiants.
- Effort considérable et sans précédent en faveur de la Recherche et de l’Université.
- L’autonomie de l’Université réclamée depuis 1968 par Pierre Mendes France, grand dirigeant de gauche .

Divers
- Suppression de la publicité à la télévision publique : 20 mn sont ainsi gagnées chaque jour.
- Revalorisation du salaire des enseignants (équivalant à un treizième mois) en contrepartie de leur réduction en nombre.
- La loi de représentativité syndicale qui favorisera le dialogue social.
- Redéfinition de la carte des villes de garnison que personne n’osait réaliser.
- Redéfinition de la carte hospitalière.
- Mise en chantier de la modernisation du Grand Paris.
- Création du service civique volontaire (15 000 jeunes engagés pour 45 000 demandes en 2011 et 75 000 en objectif 2014
etc….etc….


Pour conclure. Je rappellerai les paroles d’André Malraux que je vis et entendis proclamer à la dernière campagne présidentielle opposant Charles de Gaulle à François Mitterand « Si vous êtes malade, préfèreriez-vous confier votre santé à un jeune médecin inexpérimenté ou au Docteur Schweitzer. » Ces propos s’appliquent précisément à la question de ce jour.

terredisrael.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Bilan

Repost 0
Commenter cet article