Nicolas Sarkozy à Arcachon : "Dans dix mois, c'est l'alternance"

Publié le 23 Juin 2016

Nicolas Sarkozy à Arcachon : "Dans dix mois, c'est l'alternance"

Lors d'une rencontre des acteurs du commerce et du tourisme à l'hôtel de ville, l'ancien président de la République a plaidé pour un contre-choc fiscal mais exprimé des réticences sur le contrat de travail unique

Nicolas Sarkozy était attendu à midi à l'hôtel de ville d'Arcachon. Il est arrivé à 12h50. "Pardon pour mon retard, s'est-il excusé. Moi, j'étais à l'heure, mais il a fallu attendre une bonne heure dans l'avion que les contrôleurs aériens veuillent bien reprendre le travail. Le président normal nous a fait un pays qui n'est pas normal. Tout ça se termine dans une farce, si ce n'était pas aussi dramatique."

Accompagné par Yves Foulon, le député-maire Les Républicains d'Arcachon, il a rencontré dans la salle des colonnes de la mairie plusieurs acteurs du commerce et du tourisme du bassin d'Arcachon. Il n'a pas déclaré sa candidature à la primaire de la droite et il était à Arcachon en tant que président des Républicains, mais c'est bien en candidat qu'il parle aux Français. Il a donc demandé à ses interlocuteurs d'être le plus direct possible avec lui : "Dans dix mois, c'est l'alternance. La seule question, c'est que va-t-on faire ?"

Pour le travail le dimanche ...

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il fallait selon lui dès juillet 2017 en voyer un texte à l'Assemblée nationale pour faire baisser les charges et les impôts et conjointement un autre texte au Sénat pour réduire les dépenses publiques". Il a parlé d'un "contre-choc fiscal".

Rédigé par Miau Jeanne

Repost 0
Commenter cet article