Brexit : Nicolas Sarkozy veut un gouvernement européen de l'immigration

Publié le 22 Juin 2016

Brexit : Nicolas Sarkozy veut un gouvernement européen de l'immigration

Face au risque de "Brexit" lors du référendum britannique sur l'Europe, Nicolas Sarkozy a appelé à "refonder l'Europe" mardi sur LCI. Pour l'ancien président, il faut notamment "un nouveau traité" pour créer "une politique européenne de l'immigration".

Les Anglais risquent-ils ou non de quitter l'Europe jeudi, lors de leur référendum sur le "Brexit" ? Quelle que soit leur décision, Nicolas Sarkozy en a tiré son propre enseignement. Pour l'ancien chef de l'Etat, tout le problème réside dans l'absence de leadership européen sur l'immigration.

Sur LCI, le patron des Républicains a appelé ni plus ni moins qu'à "refonder le projet européen". "Nous devons poser sur la table un nouveau traité", a-t-il expliqué. "Nous n'avons pas de politique d'immigration. Il faut un Schengen 2, de sorte que la politique d'immigration soit gérée par un gouvernement européen." D'ailleurs, observe-t-il, "tous les 20 ou 30 ans, le projet européen doit être refondé".

"L'Europe est immobile"

"Aujourd'hui, il n'y a plus de couple franco-allemand. Quelle est l'initiative franco-allemande depuis quatre ans ? Il n'y en a pas. Jamais je n'aurais accepté qu'Angela Merkel parte négocier seule avec Barack Obama. Je trouve cela humiliant pour l'idée que je me fais de la grandeur de notre pays. Si la France et l'Allemagne n'assument pas leur leadership, l'Europe est immobile." Et, histoire d'enfoncer le clou : "Jamais la France n'a été si soumise aux Américains".

Pour reprendre l'initiative, Nicolas Sarkozy se place donc résolument sur le terrain de l'immigration, après une année marquée par une crise migratoire inédite. "L'Union européenne ne protège pas. Face à l'explosion démographique du continent africain, je propose que l'on crée un EuroSchengen, un gouvernement." Tout en défendant un "projet européen qui est un projet de civilisation", l'ancien président a estimé qu'on "ne peut pas être le seul continent à ne pas avoir le droit de défendre ses frontières". Parmi les propositions qu'il fait : instaurer un délai de cinq ans avant qu'un étranger puisse bénéficier d'allocations sur le sol européen. Et pourquoi pas… Remettre en cause la libre circulation des travailleurs en Europe. L'un des principes de base de la construction européenne.

metronews.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #International

Repost 0
Commenter cet article