La raison doit-elle l’emporter sur la passion ?

Publié le 29 Novembre 2016

Ce 28 novembre, plus de 4,3 millions d’électeurs se sont exprimés.
Si certes, nombre d’entre-eux se sont parjurés comme au premier tour, il ne me semble pas utile de demeurer sous la pression de l’événement; 
Chacun devant conserver son sang- froid.

Pour ceux qui comme moi et depuis des années ont soutenu Nicolas Sarkozy il est normal qu’ils soient déçus, nous le sommes tous, je le suis.

En ce sens et je n’ai pas manqué de m’en indigner, la notion d’ouverture, s’agissant de la primaire, a été la porte ouverte à l’éviction plutôt qu’à la vision de l’avenir qui aurait permis le redressement de notre pays au plan sécuritaire, économique, financier, étatique, éducatif, égalitaire, certainement plus ferme et plus rapide qu’il ne le sera.

Je note à regret trop de réactions brutales sur les réseaux sociaux, certaines se laissant aller aux confins des injures qui n’engagent que ceux qui les profèrent et n’impliquent nullement l’immense majorité des amis de bon sens de Notre Droite et du Centre.

Prendre du recul ne suggère pas de déchirer une carte, quand-bien même nous ne partageons pas la vision qu’aurait été la nôtre si ce 
«nettoyage» absurde du premier tour n’avait pas eu lieu.

La passion ne passe pas par la colère, il me paraît sain d’attendre
«POUR VOIR» selon l’anglicisme « WAIT AND SEE ».

François FILLON est à preuve du contraire et depuis ce dimanche, l’Homme qui devra battre ses adversaires dans quelques 145 jours qui nous séparent du 1er tour de la présidentielle.

Ces adversaires sont les nôtres à commencer par le FN puis toute cette ribambelle de Socialistes qui n’ont d’autres programmes que l’enfermement de la France pour l’un et la poursuite idéologique de son affaiblissement pour les autres.

Sauf à ce que des vents contraires se lèvent venant de girouettes bien connues, tous nos efforts de militants passionnés, d’adhérents à nos valeurs, de sympathisants, des électeurs tout simplement, devront se fédérer, s’unir le moment venu, en faveur et autour de François FILLON.  IL NOUS MONTRE UN CAP.

Ceci étant, j'invite fermement les heureux vainqueurs à ne pas trop pérorer ni plastronner, le succès doit demeurer modeste sauf à générer entre amis proches (-) des tensions qui pourraient s'avérer regrettables; 
Et cette simple remarque que je formule est destinée à mes proches voisins que j'invite à la tempérance...!

Alors restons calme, défendons bien entendu nos idées et courants de pensées, mais que rien ne nous détourne d’un objectif final que nous attendons depuis presque 5 ans. 
Car ce n'est pas 4 millions de voix mais 20 qu'il va falloir pour gagner!

La raison doit l’emporter sur la passion.

Toute reproduction, totale ou partielle, strictement interdite sans la mention de la source d’origine.

Rédigé par Philippe Jégoudez

Publié dans #Primaire, #Présidentielle

Repost 0
Commenter cet article